LE RYTHME EN PHOTOGRAPHIE

 

 

Une succession régulière et dynamique d’événements

 

Sans vouloir entrer dans des considérations historiques, ethniques ou philosophiques, je retiendrais cette définition simple du rythme comme étant un terme qui s’applique à tout événement ou phénomène qui se produit à intervalles réguliers.

Le rythme a davantage à voir avec notre perception du temps : on parle du rythme des saisons ou des marées, de celui des phrases ou des vers, des temps en musique.

Mais il s’applique aussi volontiers aux arts visuels, dans lesquels le temps est remplacé par la notion d’espace.

En photographie, on nomme donc rythme toute répétition régulière d’un élément ou d’un motif sur une image.

Les exemples les plus classiques sont les piles d’un pont ou les colonnes des arcades.

Le rythme structure une image, lui donne de la force et sa dynamique vient du fait que notre cerveau reconstitue la partie non visible en prolongeant ce qu’il perçoit.
 

Attention à la monotonie !

 

Mais toute médaille a son revers : lorsque la répétition est trop prévisible, elle peut engendrer une certaine monotonie, voire une certaine lassitude. La dynamique s’estompe alors pour laisser la place à une vision rigoureuse et raisonnée de la suite d’événements plutôt qu’à une perception sensorielle.

Un des moyens de remédier à ce phénomène, est de briser cette alternance, d’y incorporer une fin dans l’image même : c’est ce que font beaucoup d’architectes pour tenter d’ « humaniser » leurs façades de bâtiments.
Un autre moyen consiste à introduire une certaine irrégularité dans l’alternance, par la disposition des éléments par exemple, ce qui serait l’équivalent, en quelque sorte, de la syncope du jazz ou de l’alternance décalée des temps forts et faibles dans « Le sacre du Printemps » de Stravinsky…
Il y a bien d’autres moyens de briser une trop grande régularité. Vous saurez, le moment venu, lequel ou lesquels utiliser.
Résumons :

  1. Le rythme, en photo, est la répétition régulière d’un élément ou d’un motif sur une image.
  2. Le rythme est dynamique, mais une trop grande régularité peut engendrer la monotonie
  3. En brisant la régularité de la répétition, le rythme devient plus vivant

 

Et maintenant ?

 

Photographiez des éléments rythmés, tout en vous faisant plaisir bien sûr !

Puis envoyez-nous vos photos : nous les publierons dans ce blog !

Apprendre à composer ses photos

Pour aller plus loin dans l’apprentissage de la composition de vos images, je vous propose de télécharger la formation « cadrage et composition ».

Cliquez sur le bouton suivant pour en savoir plus.

Votre cadeau de bienvenue !

Recevez gratuitement le guide pratique qui vous permettra de créer de belles photos tout de suite !


 

You have Successfully Subscribed!