Le triangle est incontournable

 

Notre aventure sur la composition a commencé avec les points puis avec les lignes. Elle continue logiquement avec les figures géométriques délimitées par ces lignes :

  • Triangles, rectangles, carrés et autres polygones créés par des droites
  • Cercles créés par les courbes

Nous y associerons leurs volumes : pyramides, cônes, cubes, sphères, etc.

 

Le triangle : une forme simple et utile

 

L’article d’aujourd’hui ne traitera que du triangle, tant cette figure géométrique est emblématique de la composition en photographie, certes, mais aussi des autres arts.

Le triangle est également utile dans bon nombre de domaines comme l’astronomie (trigonométrie), l’analyse et l’imagerie numérique. En informatique, par exemple, la propriété de triangulation (toute surface peut être, peu ou prou, découpée en triangles, appelés « facettes ») servent de base aux calculs et synthèses d’images 3D ou en CAO.

Le triangle est donc la forme géométrique la plus appréciée et probablement la plus utilisée en photo.

Elle tire son intérêt et son utilité du fait que

  • c’est une forme extrêmement simple à construire (3 points non alignés suffisent)
  • elle structure l’image d’une façon dynamique
  • elle permet d’exposer le sujet avec clarté

 

Le triangle : une forme architecturale

 

Regardez autour de vous : ce ne sont pas les triangles qui manquent !

Pour ne parler que d’architecture, des pyramides égyptiennes, en passant par les flèches des églises et des cathédrales, les huttes en tout genre, les toitures des maisons et la tour Eiffel, nous trouvons partout cette forme géométrique !

La signification du triangle

 

Le triangle : une forte valeur symbolique

 

Le triangle n’est pas qu’un accessoire de composition. Dans la société chrétienne, il symbolise la Trinité, et il est à remarquer que l’Etoile de David est constituée de deux triangles opposés…

La composition triangulaire des Pietà se nourrit de ce symbole. Par son réalisme, celle de Michel-Ange est certainement la plus célèbre, mais un nombre incalculable de Pietà ornent nos campagnes.

Tout naturellement, cette composition en triangle a été reprise par des peintres de toutes les époques.

Dans un contexte religieux, elle trouve son expression dans les représentations de la Vierge et l’enfant.

Hors contexte religieux, la forme a été retenue car elle structure l’image (cf. infra).

 

Le triangle incarne une certaine stabilité

 

La base du triangle assure la stabilité de l’image, surtout si elle est parallèle aux bords, et ses côtés lui communiquent du dynamisme en conduisant le regard vers son sommet.

C’est la composition la plus simple, utilisée depuis longtemps, comme dans cette célébrissime peinture :

Les photos qui suivent dégagent cette même stabilité, avec une base large ayant le bord inférieur comme référence :

Ces deux portraits ont été pris sur le vif. Dans les deux cas, si je n’ai pu agir sur la position des personnes, je me suis donc placé de façon à créer une composition la plus équilibrée possible. Celle en forme de triangle, qui fait partie du vocabulaire de base de tout photographe, m’est apparue comme étant la plus adaptée.

Observez ce portrait maintenant.

Contrairement aux deux portraits précédents, sa composition ne doit rien au hasard. Il s’agit d’un portrait de studio où chaque élément est sous contrôle. Le choix du siège, la position du modèle et notamment de ses bras, la lumière, tout a été minutieusement pensé, souhaité et préparé comme cela. Et, encore une fois, c’est la composition en triangle qui s’est imposée.

 

En art, le triangle est surtout implicite

 

 Il n’y a pas de triangle « naturel »

 

Si ce n’est pas une construction en dur, ou le résultat tangible d’une activité humaine, une forme géométrique est une construction abstraite de l’esprit. C’est pourquoi les triangles sont la plupart du temps induits. L’avantage, c’est qu’il n’y a pas beaucoup d’effort à fournir pour les reconnaître ou les imaginer : comme nous l’avons vu, il suffit de 3 points non alignés pour ce faire !

Aussi, et ceci est valable pour tous les éléments de composition, il ne faut pas confondre la photographie de quelque chose de triangulaire et une composition en triangle, qui ne se matérialise pas concrètement mais que l’on perçoit implicitement, même si l’un des éléments du triangle déborde du cadre de l’image, voire même n’y figure pas : notre cerveau reconstitue la partie manquante.

J’ai remarqué, par exemple, que l’attitude des musiciens (il est vrai que c’est un monde qui ne m’est pas étranger…) induit souvent des formes en triangle. Pour les mettre en valeur, il suffit de se placer au bon endroit…

 

Toute perspective induit la notion de triangle

 

Sans le savoir, vous avez probablement déjà pris des photos avec une composition en triangle : celles contenant une perspective. En effet, les deux lignes se rejoignant au point de fuite (cf. article sur la perspective) sont les deux côtés du triangle se rejoignant en son sommet.

A l’extrême, si la perspective est bordée d’éléments neutres se rejoignant eux aussi au même point de fuite, l’image n’est constituée que de triangles :

Une perspective est d’autant plus accentuée que l’on utilise un grand-angle. C’est pourquoi on peut très facilement s’amuser à en créer avec un téléphone portable qui, par définition, est muni d’un tel objectif.

Les prises de vue en contre-plongée qui, par définition, accentuent les perspectives, permettent d’obtenir des compositions en triangle très facilement.

Il n’y a même pas besoin de se baisser, il suffit de lever le nez : les photos de bâtisses, immeubles, monuments et sujets en tous genres nous offrent des compositions en triangle à n’en plus finir !

 

Le triangle permet de structurer l’image

 

Les triangles délimitent des zones dans l’image

 

Dans la photo du tunnel ci-dessus, l’image était décomposée en plusieurs triangles.

Vous pouvez utiliser cette technique pour découper l’espace comme vous le souhaitez, ce qui permet de clarifier votre sujet.

Les deux photos qui suivent sont découpées sur la diagonale de l’image, mais d’autres dispositions sont possibles.

 

Triangles imbriqués

 

Parfois, soit que les circonstances s’y prêtent spontanément, soit qu’il s’agisse de la volonté du photographe, parfois donc, l’espace peut être découpé en plusieurs triangles qui s’imbriquent.

Cela renforce généralement l’idée de solidité, de stabilité que nous évoquions précédemment.

La photo servant à illustrer cet article en est un bon exemple. Les photos suivantes aussi.

 

Triangles inversés

 

La plupart des compositions en triangle que nous avons vu avaient leur base plutôt dans le bas de l’image. Mais qu’en est-il du triangle inversé, dont le sommet se trouve au bas de l’image et la « base » en haut de l’image ?

Cette composition est tout utilisée que la précédente, mais, contrairement à elle, est moins stable, car le point d’intérêt de l’image (le sommet du triangle) se trouvant en bas, elle déjoue notre sens de lecture habituel qui commence par le haut (cf. article sur les lignes). C’est pourquoi elle accentue la dynamique de la scène.

Elle est très utilisée en nature morte, où elle met en valeur les objets du premier plan, non seulement parce qu’ils sont au premier plan mais parce que les lignes directrices (les côtés du triangle) l’y conduisent et qu’elles sont le point d’entrée de l’image.

 

Triangles inversés imbriqués

 

Mais si c’est possible !

Résumons :

  1.  La composition en triangle fait partie du vocabulaire du photographe
  2. Sa symbolique est forte, mais son usage est facile
  3. Il ne faut pas confondre « photographier des triangles » et « composer en triangle ».
  4. Quand le photographe ne peut intervenir sur la scène en cours, il doit se déplacer pour composer son image
  5. Si le photographe a la maîtrise totale de la scène à photographier, il doit se poser la question de la pertinence de l’agencer sous forme de triangle ou non. Dans l’affirmative, il disposera son sujet de la manière idoine.
  6. Toutes les variantes sont possibles !

 

Et maintenant ?

 

Prenez votre appareil avec vous et sortez prendre des photos dans lesquelles vous incorporerez des triangles !

Encore une fois, pas besoin de « faire des trucs d’intellos » ! La photo doit rester un plaisir : amusez-vous !

Puis envoyez-moi les liens de vos photos : nous pourrons les montrer dans ce blog !

Vous aimez nos articles ?

En cadeau de bienvenue, recevez gratuitement notre ebook "Des belles photos tout de suite" : un guide pratique de 64 pages qui va vous permettre d'améliorer rapidement votre production photographique !


 

You have Successfully Subscribed!